Concevoir son verger

L’automne est la saison idéale pour planter votre verger et la réalisation d’un plan est une étape décisive pour optimiser le nombre, le choix et l’emplacement de vos plantations. Après observation de votre terrain, l’élaboration du plan vous permettra de connaitre le nombre d’espèces d’arbres et arbustes fruitiers qu’il sera possible d’implanter dans l’espace disponible le plus favorable. Voici quelques conseils…

Le Choix des fruitiers

Sélectionnez les futures espèces qui prendront place dans votre verger en considérant :

  • la nature de votre sol
  • le climat de votre région.
  • le type de pollinisation.

En règle générale le pollen d’un arbre ou arbuste fruitier peut polliniser ses propres fleurs pour donner des fruits, Il s’agit dans ce cas d’un arbre dit autofertile. Un seul spécimen de l’arbre suffit pour donner des fruits, et la présence de plusieurs de ses congénères par pollinisation croisée n’augmentera que plus son rendement. Certains fruitiers par contre sont dits autostériles et ont besoin d’un semblable pour réaliser la pollinisation et ainsi assurer une fructification. Quant aux arbres dits “dioïques”, les plants sont soit mâles ou femelles et donc ne peuvent pas s’autoféconder. La pollinisation implique le transfert du pollen des plants mâles vers les plants femelles.

Choisir le bon emplacement

Il conviendra d’éviter les zones trop encaissées ou trop ombragées pour implanter votre verger. La majorité des fruitiers préfèrent un emplacement ensoleillé et abrité ainsi qu’un sol bien drainé et amendé.

Protéger son verger

Pour abriter votre verger des vents froids vous pouvez créer une haie simple ou multi-strates à l’instar d’une haie bocagère. Cette haie fonctionnera comme un brise-vent et assurera également le gîte et le couvert aux auxiliaires de votre verger. Choisissez des variétés de fructification ou floraison étalées dans le temps. Selon les variétés qui la composeront la haie vous procurera des fruits, du bois, de la matière carbonée (BRF).

Pousser-piéger : le principe du push-pull.

Si vous disposez d’un terrain suffisamment important, créez entre votre verger principal et votre haie protectrice un espace intermédiaire planté de pommiers à cidre et autres arbres fruitiers qui attireront vers eux d’autres insectes nuisibles. C’est le principe du pushpull aussi appelé répulsion-attraction. Cette technique consiste à repousser les insectes ravageurs d’une culture principale et à les attirer sur le pourtour.

Les plantes compagnes

Enfin, disposez aux pieds ou à la périphérie des branches de vos fruitiers des plantes protectrices ou répulsives contre les ravageurs. Créez des bandes fleuries de plantes mellifères et utilisez des plantes en couvre-sol comme engrais vert.
Les plantes de la famille des Astéracées (ex composées) sont des plantes protectrices, très attractives pour les insectes auxiliaires (procurent nectar pollen). On trouve dans cette famille les tagètes, la tanaisie, la camomille, les calendula, etc.
Les plantes de la famille des Apiacées (ex Ombellifères) attirent elles aussi de nombreux auxiliaires, notamment certaines guêpes parasitoïdes. Elles possèdent des effets allélopathiques et répulsifs : aneth, angélique, etc.
Les plantes de la famille des Fabacées (ou légumineuses). Véritable engrais vert, elles sont capables de fixer de l’azote atmosphérique dans le sol : luzerne, trèfle, etc.

Exemples d’associations favorables plantes et fruitiers

  • L’ail (classification ancienne: famille des liliacées) : cognassier, framboisier, pommier, prunier, poirier, protège le pêcher de la cloque. Les liliacées (oignon, oignon rocambole, ail ou encore la ciboulette) protègent les arbres contre certaines maladies cryptogamiques.
  • La camomille allemande : pommier.
  • Les capucines protège des pucerons : pommier.
  • Le cerfeuil sauvage (famille des Apiacées) : pommier.
  • La ciboulette protège des maladies cryptogamiques : près des pommiers pour prévenir de la tavelure, de la gale et des chancres, des pêcher (cloque)
  • La menthe (famille des Lamiacées ex Labiacées) pour repousser les fourmis et donc lutter contre les pucerons noirs. Elle attire plusieurs espèces de mouches bénéfiques. Près des pommiers, poiriers.
  • L’origan (famille des Lamiacées) repousse les parasites : pêcher, prunier, vigne
  • Le raifort (famille des Brassicacées) : cerisier, pêcher, cognassier et autres arbres sensibles aux maladies.
  • La rue (famille des Rutacées) protège des pucerons : cerisier.
  • La tanaisie (famille des Astéracées), propriétés insectifuges (contre les aleurodes, pucerons…), repousse les fourmis et les mouches, et protègerait de la rouille. Plante hôte d’insectes auxiliaires (coccinelles, syrphes…). Aux pieds ou en bande fleurie des fruitiers: pêcher, abricotier, framboisiers, groseiller, agrumes.
  • Le trèfle (famille des Fabacées), engrais vert, plante mellifère et hôte d’insectes auxiliaires : pommier, poirier, vigne.

Les petits plus

La proximité d’une zone semi-sauvage, d’une marre offrira une biodiversité utile pour l’ensemble du verger.